Yannick Nyanga : Il faut rebondir

Mardi 22 janvier 2013
Yannick Nyanga :  Il faut rebondir

 

Quel est ton sentiment après cette élimination de la Coupe d’Europe ?
 
Nous sommes tous très déçus et il faudra tirer les enseignements de cette élimination pour que cela n’arrive plus. Mais maintenant, il faut être capable de rebondir car le match de vendredi va arriver très vite, il faut gagner contre Biarritz et faire durer la bonne dynamique dans laquelle nous sommes depuis quelques rencontres.
 
Sur le plan du contenu, tu attendais un gros match du Stade, es-tu satisfait ?
 
Je pense qu’on a joué à notre niveau, qu’on a fait un très bon match et qu’on l’a dominé dans beaucoup de secteurs de jeu.
 
En mêlée, même si on s’est fait beaucoup sanctionner, on a quand même dominé. C’est plus un problème d’adaptation de notre part à l’arbitrage Coupe d’Europe, car à mon avis, en championnat  ce type de mêlée aurait été sifflé en notre faveur. 
 
Dans tout ce qui est contenu et possession du ballon, on a été très bons, meilleurs qu’eux je pense. On a réussi à se faire passer la balle, à créer le danger, à se créer des occasions d’essais. Mais on a manqué de réussite sur les deux occasions où on est dans l’en-but et où on ne marque pas ainsi que sur les tirs au but alors qu’on a deux buteurs de classe mondiale. 
 
C’était un jour sans, mais je pense qu’il aurait fallu arriver dans une situation un peu plus confortable à Leicester pour se qualifier. On a joué avec le couteau sous la gorge, c’est vrai qu’on est déçus de la défaite mais contents du visage qu’on a montré.
 
Quel va être votre objectif maintenant ?
 
Pour l’instant c’est le match de vendredi. Après, c’est comme d’habitude, aucun objectif n’est vraiment annoncé, ce qu’il faut, c’est jouer à notre meilleur niveau et ce n’a pas été le cas pour l’instant. 
 
Comme je l’ai dit, sur ce dernier match, même si on le perd, ce sont plutôt les conditions et la faillite ponctuelle des buteurs qui font qu’on ne passe pas mais contre Leicester je pense que nous avons joué à notre niveau. 
 
Cela vient plus des autres matchs : quand on n’est pas capable de prendre ce point de bonus en Italie alors qu’à la soixantième on avait déjà marqué trois essais, quand on a plusieurs occasions pour repartir avec le bonus défensif des Ospreys alors que dans le même temps, Leicester va y faire match nul. 
 
Ces petits détails font qu’on ne prend pas de points en route et qu’au final, on ne mérite pas de se qualifier. Leicester a été meilleur que nous sur ce match et dans son déplacement aux Ospreys. A partir de là, c’est normal qu’il soit devant. 
 
Ce Challenge Européen, allez-vous en faire un objectif ?
 
Bien sûr, ce n’est pas arrivé une seule fois que nous n’ayons pas envie de gagner en rentrant sur un terrain. Maintenant, entre l’envie et le faire, c’est différent. 
 
On a tous un esprit de compétiteur, une fois que l’échéance arrivera, nous la préparerons comme il se doit, comme un match à élimination directe.
Mais c’est dans un petit moment, on aura le temps d’y penser. Maintenant, il faut revenir au championnat, revenir dans la course des trois équipes de tête car on n’aura malheureusement que cela à penser dans les prochains mois.
 
Cinq jours seulement séparent les matchs de Leicester et de Biarritz. L’envie sera-t-elle supérieure à la fatigue ?
 
C’est difficile à dire à l’avance, mais on sait que le calendrier du championnat est assez fou puisqu’après, il y aura le début du Tournoi. On est donc obligé d’avancer sur cette journée de championnat même si pour nous et pour le Racing, cela fait seulement cinq jours de récupération.
 
D’un autre côté, ce n’est pas plus mal. Ainsi, on n’a pas trop le temps de se poser de questions puisqu’on est déjà dans le mode Top 14.  On n’a pas à trop ruminer cette  défaite, c’est vrai qu’elle a fait mal et on a donc envie de repartir sur autre chose.
 
Biarritz a aussi eu un match compliqué face aux Harlequins…
 
Oui, mais les conditions étaient difficiles et on ne peut pas bien évaluer la vraie valeur d’une équipe quand on joue dans de telles conditions. C’est compliqué d’exprimer son rugby, pour les deux équipes et le score en est le meilleur reflet.
 
Ce sera un tout autre match contre nous, dans de bonnes conditions je l’espère. Les deux équipes auront envie de jouer et de montrer un beau visage. J’espère qu’on aura un beau match mais j’espère surtout qu’on gagnera à la fin.