Top 14 : les chiffres clés de la dix-septième journée

Mardi 24 février 2009
Top 14 : les chiffres clés de la dix-septième journée


1. Vincent Clerc a inscrit face à Clermont son premier essai en championnat depuis sa grave blessure au genou, survenue dix mois plus tôt, précisément devant l'équipe auvergnate. L'ailier toulousain avait déjà marqué depuis son retour à la compétition : c'était en Coupe d'Europe, contre Glasgow.
Il s'agit du 52ème essai marqué en championnat par l'ancien Grenoblois sous les couleurs du Stade. Jusqu'ici, la saison la plus prolifique a été 2004-2005, où il avait aplati dans les en-buts adverses à 12 reprises.

4. C'est le nombre de cartons jaunes reçus par le Stade Toulousain cette saison en championnat. Un chiffre peu élevé, qui fait du Stade l'équipe la plus disciplinée de ce point de vue en Top 14, juste derrière l'ASM (trois cartons jaunes).
Jusqu'ici, Byron KelleherMontpellier, 1ère journée), Fabien Pelous (Perpignan, 6ème journée), Finau MakaParis, 8ème journée) et Fred MichalakBourgoin, 11ème journée) ont été les seuls Rouge et Noir sanctionnés.
En Coupe d'Europe, le bilan est encore meilleur, puisqu'un seul Toulousain, en six rencontres, a écopé d'une expulsion temporaire. C'était Elissalde, pour un début de bagarre avec Barclay, le troisième ligne aile de Glasgow (5ème journée).

62. La victoire acquise sur Montferrand a porté le total des Toulousains au classement à 62 points. Si l'on se réfère à la saison passée, au même stade de la compétition, les hommes de Novès accusent un léger retard de quatre unités, puisqu'ils comptaient 66 points au soir de la 17ème journée.
En cas de victoire, même non bonifiée, sur Montauban le week-end prochain, l'équipe comblerait néanmoins son retard sur sa devancière. Car l'année dernière, les Toulousains avaient subi une défaite à zéro point pour le compte de la 18ème journée (revers concédé devant Clermont, au Stadium, 11 à 23).

11. C'est le nombre de pénalités concédées par le Stade lors de sa dernière prestation à Biarritz. Un chiffre élevé, et qui tranche radicalement avec les bons scores des dernières rencontres, à l'image des quatre pénalités concédées à Bath une semaine plus tôt.
Depuis le début de la saison, toutes compétitions confondues, il s'agit du deuxième plus mauvais total pour les Toulousains (à égalité avec la partie disputée à Bourgoin), après celui du match d'ouverture à Montpellier, où ils avaient été pénalisés à 18 reprises.

4. La mêlée toulousaine, très à son aise depuis le début de la saison, rapporte directement des points à l'équipe. L'essai de pénalisation accordé dimanche passé par M. Méné est en effet le quatrième du genre, toutes compétitions confondues.
Les Stadistes avaient ainsi bénéficié de cette décision lors de Stade-Dax (32-25, 2ème journée), Montauban-Stade (10-41, 5ème journée) et Stade-Glasgow (26-33, 5ème journée de H Cup). Et à chaque fois, cela était la conséquence de mêlée à cinq mètres.

14. Jean-Baptiste Elissalde avait raison de pointer du doigt l'indiscipline de son équipe à l'issue de la rencontre disputée face à Clermont. Tout au long des 80 minutes, en effet, les Toulousains ont été pénalisés à quatorze reprises, soit nettement plus que leur moyenne depuis le coup d'envoi de la saison.
Toutes compétitions confondues, il s'agit du deuxième plus mauvais total pour les Rouge et Noir, après celui du match d'ouverture à Montpellier, où ils avaient été sanctionnés à 18 reprises.

19. C'est peu dire que la troisième ligne toulousaine a été efficace le week-end dernier. Deux joueurs ont en effet atteint le très bon score de 19 plaquages réussis dans la partie. Il s'agit de Thierry Dusautoir, un habitué de la spécialité, et de Yannick Nyanga. Ce dernier mérite d'ailleurs une mention spéciale, car s'il n'avait pas cédé sa place à l'heure de jeu, il aurait sans doute amélioré son total.
Depuis le début de la saison, deux joueurs se partagent le record du plus grand nombre de plaquages sur une partie : il s'agit de David Skrela lors de Stade-Bath et Thierry Dusautoir au match aller face à l'ASM, avec 22 plaquages.