Florian Fritz : « Pas le droit ą l'erreur»

Jeudi 13 septembre 2012
Florian Fritz : « Pas le droit ą l'erreur»

Comment abordez-vous cette rencontre face à l’USAP?

A l’extérieur, face à l’USAP, c’est toujours très compliqué et on a rarement l’occasion de faire de bons matchs et de s’imposer. Nous allons essayer de nous donner les moyens de faire la meilleure rencontre possible et de ramener quelques points de là-bas, mais cela ne sera pas facile.


De son côté, l’USAP a sorti la tête de l’eau après trois défaite et a enfin gagné à domicile contre Bayonne. L’équipe aura à cœur de continuer sur cette lancée…

C’est sûr. Les Catalans ont eu un début de saison un peu difficile avec beaucoup de changements dans l’effectif et dans le staff. Je pense qu’ils ont besoin de trouver des repères mais peut être que cette victoire face à Bayonne leur aura donné confiance et ce sera encore plus délicat d’aller faire un résultat là-bas.


De plus, contre Perpignan, on sait que les matchs sont âpres physiquement…

Il n’y a plus beaucoup de matchs où le combat n’est pas âpre. Mais c’est un peu dans la culture de l’USAP de faire de tels matchs. Nous savons qu’à chaque fois que nous y allons, nous sommes bien reçus.


On se souvient également de la rencontre de l’an dernier. C’était un match très compliqué, certainement au mauvais souvenir pour les Toulousains avec un score lourd, la blessure de William Servat…

Là bas, nous avons plus souvent souffert que gagné. Mais nous allons nous préparer au mieux car, à la vue des performances de nos concurrents directs, nous avons à tout prix besoin de ramener quelque chose. Le bonus défensif serait presque une performance mais nous allons essayer de faire du mieux possible.


Vous allez jouer à Barcelone, dans une ville de foot. Le contexte particulier change-t-il quelque chose?

Pour ma part, je n’ai jamais joué là-bas. Nous partons le vendredi matin tôt pour pouvoir faire la mise en place l’après-midi. Nous aurons le temps de nous imprégner du stade, de l’environnement. Le samedi, sur le terrain, nous essaierons de faire abstraction de tout cela pour faire le meilleur match possible…


La performance face à Agen a sans doute contribué à vous mettre en confiance, on a vu que le jeu s’était remis en place, que l’équipe avait su construire…

Je ne crois pas car d’une semaine sur l’autre tout peut être remis en question très rapidement. L’adversaire n’est pas le même, le week-end dernier nous recevions alors que samedi nous nous déplaçons. Tout peut aller très vite dans un sens comme dans l’autre. Le match face à Agen est déjà du passé, nous nous concentrons sur ce qui nous attend ce week-end.


Ce match est le premier s’une série de trois rencontres compliquées (à l’USAP, à Bayonne et la réception de Toulon). Prenez-vous ces matchs séparément ou regardez-vous, globalement, ce que vous pouvez faire sur ces trois rencontres ?

En premier lieu, nous essayons de voir ce que nous pouvons faire ce week-end. Je ne crois pas qu’il y ait de matchs faciles dans ce Top 14, toutes les équipes sont armées, aller faire des résultats à l’extérieur est très compliqué. Toutefois, c’est vrai que les Toulonnais sont parvenus à faire des résultats quasi parfaits et ils ont déjà de l’avance sur nous grâce à ces victoires à l’extérieur. C’est pour cela que nous n’avons pas le droit à l’erreur, nous sommes obligés de ramener un minimum de chaque déplacement.