Compte rendu

Match Stade Toulousain / Biarritz

Cinq jours après leur élimination européenne, les Toulousains ont battu difficilement Biarritz (19-14) lors de la 16ème journée du Top 14.

A Toulouse (Ernest Wallon) - Stade Toulousain bat Biarritz 19 à 14  (mi-temps : 13-8)
Temps frais ; belle pelouse ; 17.839 spectateurs environ ; Arbitrage de M. Cardona (Provence).
Pour le Stade Toulousain : 1 essais de Picamoles (5) ; 4 pénalités de Beauxis (2, 10, 51) et McAlister (77) ; 1 transformation de Beauxis (5).
Pour Biarritz : 1 essai de Peyrelongue (34) ; 3 pénalités de Peyrelongue (27, 67) et Yachvili (72).
Stade Toulousain : Poitrenaud - Clerc (puis Médard, 60, Fritz, Jauzion, Huget - (o) Beauxis (puis McAlister, 63), (m) Doussain (puis Burgess, 77) - Dusautoir (puis Nyanga, 64), Picamoles, Bouilhou (puis Lamboley, 77)- Millo-Chluski, Maestri - Johnston (puis Montès, 56), Tolofua (puis Botha, 51), Steenkamp.
Carton jaune : Médard (72)
Biarritz : Bosch - Ngwenya, Baby, Burotu, Brew - (o) Peyrelongue, (m) Lesgourgues - M.Lund, Harinordoquy, Lauret - E.Lund, Taele - Broster, Heguy, Barcella.

Une semaine après son élimination en H Cup, le Stade a prouvé qu'il avait de la ressource lors de ses retrouvailles avec le Top 14. Vainqueurs de Biarritz, les Toulousains enregistrent leur troisième succès de rang en championnat et creusent l'écart sur leurs poursuivants. Après une succession de rencontres disputées parfois dans des conditions extrêmes, les joueurs (en tout cas les non sélectionnés) vont maintenant pouvoir goûter à des vacances bien méritées.

Une entame en fanfare


L'entame de match était incontestablement en faveur des Toulousains, qui faisaient tout pour dynamiser le jeu. Et dès la deuxième minute, Beauxis, comme pour vaincre le signe indien, ouvrait le score sur pénalité. Moins de deux minutes plus tard, après une magnifique touche trouvée par le même Beauxis et impeccablement négociée par Tolofua, un maul se mettait en place. Celui-ci s'écroulait derrière la ligne, pour un essai accordé à Picamoles. On jouait depuis cinq minutes, et Toulouse menait 10-0.

Rien ne changeait par la suite : survoltés, les locaux poursuivaient leur travail de sape, et campaient dans la moitié de terrain adverse. Huget, après avoir tapé à suivre, n'était pas loin d'aplatir, mais peu de temps après, Beauxis, via un nouveau coup de pied, creusait un peu plus l'écart (13-0, 10ème).

Si l'emprise rouge et noire, par la suite, ne souffrait d'aucune contestation, le rythme de la rencontre baissait quelque peu. Aucune opportunité n'était ainsi à signaler, et Peyrelongue, sur l'une des seules incursions des siens dans les 40 mètres toulousains, passaient même une pénalité, synonyme des premiers points marqués par son équipe.

Les minutes passaient, et les difficultés toulousaines allaient en s'accentuant. Sur une touche mal négociée, Lesgourgues récupérait le cuir et filait à l'essai, malgré le retour du diable-vauvert de Poitrenaud. Le score passait à 13-8, et on ne pouvait pas dire que les champions de France, après pourtant une formidable entame, rassuraient leurs supporters.

Les choses ne changeaient pas jusqu'à la pause, malgré une pénalité manquée par Beauxis. Toulouse regagnait les vestiaires en menant au score, mais rien, loin de là, n'était acquis à ce moment-là.

 

Le BO revient dans le jeu


Un peu à 'image de ce qu'il avait fait en première période, le Stade attaquait fort à la reprise, et investissait d'entrée le camp biarrot, pour une très longue séquence, achevée par un subtil coup de pied à suivre de Clerc, sur lequel Picamoles était un peu court...
Dans la foulée, Beauxis tentait une nouvelle fois d'exploiter la bonne période des siens, mais son drop passait d'un rien à côté...

A la 50ème, un spectaculaire mouvement des trois-quarts toulousains contraignait la défense basque, totalement dépassée, à se mettre à la faute. Cette fois, le pied de Beauxis trouvait le bon chemin, et Toulouse menait désormais 16-8.

Mais encore une fois, le BO n'allait pas se contenter de subir sans réagir. Peu à pau, les Rouge et Blanc refaisaient surface, et, s'ils ne se montraient pas clairement menaçants, ils faisaient désormais jeu égal avec les Haut-garonnais. Et à la 64ème, suite à une mêlée fermée dans les 22 toulousains, Brew semblait bien aplatir à vitesse réelle, mais cette fois, l'arbitrage vidéo était favorable aux Rouge et Noir, puisque l'essai n'était pas validé.

Mais la suite confirmait malheureusement le changement de physionomie de la partie : à force de mettre la main sur le ballon, les visiteurs forçaient leurs adversaires à se mettre à la faute. A la 66ème minute, après une pénalité de Peyrelongue, la marque passait à 11-16.

Mais les frayeurs n'étaient pas finies : sur une attaque intéressante, une longue passe sautée de Jauzion était interceptée par Ngwenya. Certes, grâce à un retour de Huget, il n'y avait pas essai, mais Médard écopait d'un carton jaune. Yachvili, sur la pénalité consécutive, ramenait les siens à deux points (14-16), et Toulouse allait devoir évoluer à 14...

Sur le renvoi, le Stade obtenait pourtant une pénalité. Mais McAlister, à l'image de la malchance survenue à Leicester, trouvait le poteau. Les derniers instants étaient intenses, et Huget, auteur d'un numéro d'équilibriste dans ses 22, sauvait les siens après avoir été contré. McAlister, à la 78ème, passait une pénalité, et le tableau d'affichage indiquait désormais 19-14. Le score en restait là, et après bien des frayeurs, Toulouse avait assuré l'essentiel.

 

Photos du match