Compte rendu

Match Stade Toulousain / Bayonne

Les Toulousains ont bouclé 2011 de la meilleure des façons en venant à bout de Bayonne lors de la 14ème journée du championnat (30-15, sans bonus offensif).


A Toulouse (Ernest Wallon) - Stade Toulousain bat Bayonne 30 à 15 (mi-temps : 15-12)

Temps frais ; belle pelouse ; 19.000 spectateurs environ ; Arbitrage de M. Cardona (Provence).
Pour le Stade Toulousain : 8 pénalités de Beauxis (10, 12, 20, 30, 43, 58, 63, 77) ; 2 drops de Beauxis (18, 48).
Pour Bayonne : 5 pénalités de Boyet (4, 15, 32, 55) et Heymans (36).
Stade Toulousain : Médard (puis Jauzion, 66) - Clerc, Fritz, McAlister, Donguy - (o) Beauxis, (m) Burgess (puis Doussain, 73) - Picamoles (puis Sowerby, 70), Dusautoir, Bouilhou (puis Nyanga, 18-30, 56)- Millo Chlusky, Maestri (puis Lamboley, 66)- Johnston (puis Montès, 56), Servat (puis Giorgadze, 50), Poux (puis Boutemane, 77).
Carton jaune : Fritz (58)
Bayonne : Heymans - Gerber, Lacroix, Mazars (cap), Rokocoko - (o) Boyet, (m) M.Phllips - Puricelli, Lauaki, Marmouyet - Boutaty, Linde - Tialata, Roumieu, Iguiniz.
Carton jaune : Linde (58)

Déjà sacré champion d'automne il y aune semaine à l'issue des matchs aller du Top 14, le Stade a poursuivi sur sa lancée à l'occasion de la quatorzième journée de la compétition. Vainqueurs de Bayonne, les Toulousains ont préservé leur invincinbilité à domicile en championnat, face à un adversaire qui, bien qu'en difficulté dans la hiérarchie actuelle du championnat, n'était pas venu sans ambition à Ernest Wallon sans ambition. Il faut maintenant confirmer ce succès dès la semaine prochaine, à l'occasion de la venue de Lyon dans la ville rose.

 

Beauxis sur sa lancée


Sous une pluie diluvienne, c'est Bayonne qui prenait le meilleur départ, en investiisant d'entrée de jeu les quarante mètres toulousains. Sur un maul, cette domination était récompensée par une pénalité, réussie par Boyet (0-3, 4ème).
Par la suite, les Toulousains ne parvenaient pas à maîtriser le ballon, et restaient cantonnés dans leur moitié de terrain. Heureusement Beauxis, de 43 mètres, exploitait la première opportunité des siens sur pénalité et égalisait. Le demi d'ouverture, dans la lignée de ce qu'il avait démontré une semaine plus tôt à Montpellier, doublait la mise une minute plus tard (6-3, 12ème). Boyet, dans un début de partie tendu où les deux équipes se livraient peu, égalisait peu après, avant que Beauxis, après son triplé réussi à Yves du Manoir, ne réussisse un drop (9-6, 18).

La première véritable occasion intervenait après vingt minutes de jeu : Beauxis, toujours lui, prenait le trou et progressait à lui tout seul sur trente mètres. Hélas, au moment de négocier un trois contre un, il assurait mal sa passe et la séquence se terminait en touche. Si la suite de la rencontre restait extrêmement décousue, la domination des locaux leur permettait de continuer à scorer, par l'entremise de Beauxis (15-6, 30ème).

Il n'y avait pas grand-chose à signaler par la suite, mais l'absence de rythme profitait peut-être à l'Aviron, qui marquait deux fois : d'abord par Boyet, ensuite par Heymans, d'un joli coup de pied depuis la ligne médiane. La pause était ainsi atteinte sur le score de 15 à 12, et si le spectacle était très loin d'être enthousiasmant, le Stade, surtout, ne paraissait pas tiré d'affaire.

 

Le Stade gère son avance



Peut-être conscients des limites affichées durant les quarante premières minutes, les Toulousains attaquaient la reprise pied au plancher. Leurs mouvements étaient certes contenus par une défense basque bien en place, mais cette dernière se mettait à la faute, ce qui donnait à Beauxis l'occasion de redonner un peu d'air à son équipe (18-12, 43ème).

L'emprise toulousaine sur les débats ne se démentait pas par la suite, et à vrai dire, on avait compris depuis déjà un certain temps que les grandes envolées n'étaient pas pour ce soir. Le drop réussi par l'impeccable Lionel Beauxis (48ème), dans ces conditions, n'en semblait que plus important.
Si, encore une fois, rien de notable n'intervenait par la suite, il fallait souligner que Bayonne connaissait un temps fort, à l'issue duquel Boyait marquait. C'était sans compter qur la capacité de réaction des locaux, qui, à leur tour, scoraient par Beauxis, à l'issue d'une action où deux joueurs (Fritz et Linde), un de chaque camp, écopaient d'un carton jaune.

Le fait que les deux formations évoluent à quatorze ne changeait rien à la physionomie globale de la partie. Toulouse dominait, et Beauxis poursuivait son festival, jusqu'au bout (30-15). Au terme d'une rencontre assez décevante du point d evue du spectacle, le Stade s'imposait finalement sans trembler. Ce n'était déjà pas si mal.

 

Photos du match