Clermont-Stade, un an avant

Mardi 16 avril 2013
Clermont-Stade, un an avant

 

Les temps forts de la rencontre

 



 

La feuille de match

A Clermont (Michelin) - Clermont Auvergne bat Stade Toulousain 35 à 5 (mi-temps : 12-5)
Temps frais ; bonne pelouse ; 18.000 spectateurs environ ; Arbitrage de M. Raynal (Roussillon)
Pour l'ASM : 2 essais de Canale (58) et Russell (80) ; 7 pénalités de Skrela (3, 13, 17, 33, 43, 49, 67) ; 2 transformations de Skrela (58) et James (80).
Pour le Stade Toulousain : 1 essai de Impérial (23).
Clermont : Byrne ; Nakaitaci, King, Canale, Buttin ; Lapandry, Vermeulen, Vosloo ; Pierre, Cudmore ; Ric, Paulo, Faure.
Stade Toulousain : Bézy ; Donguy , Fritz, Jauzion, Impérial ; (o) Doussain, (m) Vergallo ; Nicolas, Galan (puis Sowerby, 55), Bouilhou (puis Nyanga, 67) ; Millo-Chluski (puis Albacete, 53), Lamboley ; Falefa (puis Johnston, 49), Tolofua (puis Bregvadze, 49), Human (puis Boutemane, 67).


Le compte rendu

La partie ne pouvais plus mal débuter pour le Stade, chahuté en mêlée et qui encaissait dès la troisième minute une pénalité de Skrela. Il fallait souligner que le forfait de Payen, à la dernière minute, avait contraint le staff à titulariser le très jeune Impérial. Or, Yann David, sur le flanc lui aussi dans les derniers instants, faisait défaut, et c'étaient seulement 22 noms qui étaient couchés sur la feuille !

Globalement, l'ASM monopolisait le ballon et récupérait de nombreuses munitions sur les phases statiques, où Toulouse était extrêmement à la peine. Skrela doublait la mise à la 16ème minute, et au bout d'un quart d'heure, il était déjà évident que l'affaire allait être extrêmement compliquée.
La suite le confirmait, et à la 18ème, il fallait un petit miracle, en l'occurrence un en-avant à deux mètres de la ligne, pour que les Jaunards ne marquent pas le premier essai de la rencontre. Moins de 120 secondes plus tard, suite à un nouvel effort auvergnat en mêlée, Skrela passait sa troisième pénalité de la rencontre (9-0, 17ème).

Le premier essai de la partie, contre toute attente, était pourtant toulousain. A la base, une interception de Donguy, qui traversait le terrain avant d'être repris à deux mètres. Le ballon sortait et arrivait à l'aile où Impérial plongeait dans l'en-but. Toulouse revenait à la marque (9-5, 23ème).
Cet essai, largement inscrit contre le cours du jeu, avait deux effets : il réveillait d'une part les Toulousains, qui réussissaient quelques jolis mouvements, et il semblait de l'autre plonger les locaux dans le doute. Plusieurs ballons étaient ainsi rendus aux champions de France, et le score n'évoluait pas.

Les minutes défilaient, et le jeu se cantonnait au milieu du terrain. Hélas, les Rouge et Noir étaient toujours aussi souvent sanctionnés par M. Raynal, que l'on trouvait en certaines occasions un tantinet sévère. Skrela, après une faute de Tolofua, passait ainsi son quatrième coup de pied de l'après-midi, et le tableau d'affichage indiquait 12-5 (33ème).

A l'exception d'une occasion d'essai, matérialisée par une échappée de Nakaitaci annihilée par un plaquage de l'omniprésent Tolofua à un mètre de l'en-but, plus rien n'était à signaler. Le score était donc de 12-5, et très franchement, c'était quasiment inespéré pour les Haut-garonnais.

 

Canale met fin aux illusions stadistes
 

La reprise était totalement en faveur de Clermont, qui campait dans les dix mètres adverses. Certes, Toulouse défendait avec courage, mais se mettait à la faute, ce qui permettait à Skrela de réussir sa cinquième pénalité (15-5, 43ème). Bézy, il est vrai de plus de 50 mètres, n'avait pas la même réussite, et le Stade restait à distance respectable...

Dominés, les visiteurs se mettaient à la faute, encore et toujours. Falefa, pour un hors-jeu, donnait ainsi à Skrela sa sixième pénalité. Malgré les entrées en jeu de joueurs frais, la physionomie de la partie ne changeait pas. On en était déjà à treize pénalités contre Toulouse, et Canale, après un énorme temps fort de son équipe, marquait logiquement.

Par la suite, le Stade connaissait une période de domination. Certes, on ne pouvait pas dire que les Rouge et Noir se montraient réellement dangereux, mais pour la première fois, ils parvenaient à enchaîner les temps de jeu. Malheureusement, une situation intéressante, avec une pénal'touche à cinq mètres, était perdue sur le lancer de Bregvadze.

Plus aucune des deux équipes n'avait grand-chose à jouer. Skrela bénéficiait d'une pénalité et préférait passer la pénalité que jouer la touche. Visiblement, les Auvergnats ne croyaient pas au bonus offensif, alors que Toulouse était dans les mêmes dispositions vis à vis de l'offensif. Une interception de Russell, après la sirène, creusait l'écart dans de plus larges proportions. L'ASM s'imposait donc, logiquement, 35 à 5.