Bourgoin-Stade, le 22 mai 1999

Mercredi 27 février 2008
Bourgoin-Stade, le 22 mai 1999
 
Cette demi-finale constitue les premières retrouvailles en phase finale pour les deux clubs depuis la rencontre qui avait sacré le Stade Toulousain en 1997 (12-6), au Parc des Princes. De cet affrontement restent Califano, Jordana, Miorin, Belot, Lacroix, Dispagne et Marfaing dans les rangs toulousains, Leflamand, Péclier, Glas, Raschi, Frier, Chazalet, Daudé et Cécillon côté berjallien.

Lors de la saison régulière,  le Stade  l'a difficilement emporté à domicile  21-15 et réalisé un match nul à Pierre Rajon, 12-12. La demi-finale oppose les deux meilleures défenses de la phase régulière. En quart, le CSBJ a battu Bègles 14 à 8, alors que les Rouge et Noir, au Stadium, ont nettement dominé le Stade français, 51 à 19.

Pour ce match, Guy Novès doit composer sans Jérôme Cazalbou, blessé et remplacé à la mêlée par un jeune qui monte, Jérôme Fillol. Autre absent, Stéphane Ougier, qui soigne une contracture et voit Xavier Garbajosa débuter à l'arrière.
Si Toulouse se procure dès les premières secondes une occasion d'essai, avec Ntamack repris à quelques encablures de la ligne, le début de rencontre est plutôt isérois. Leflamand, à la 10ème minute, concrétise la domination des siens. Le Stade est mené 0-7, et refera peu à peu son retard, au cours d'une première mi-temps à l'intensité physique impressionnante. La botte de Marfaing frappe trois fois et Toulouse regagne les vestiaires en tête (9-7).

Un échange de pénalité plus tard en deuxième période, Alexandre Péclier rate coup sur coup deux coups de pied pourtant aisés. Le tournant du match ? Il est permis de le penser.
Jusqu'alors cadenassée, la rencontre se termine par un petit festival offensif, ponctué de trois essais en huit minutes. A celui de Bondouy, que l'on croit décisif à la 74ème minute, répond un autre signé Glas. Le score est de 19-17 à quatre minutes du coup de sifflet final.
Mais le pack toulousain allait faire la différence. Sur une mêlée à cinq mètres de l'en-but berjallien, Bourgoin recule et Raschi, pour éviter l'essai, se relève et plonge dans le camp toulousain. L'essai de pénalité est indiscutable et les coéquipiers de Franck Belot s'imposent 26 à 17. Clermont les attend en finale.

La feuille de match :

A Montpellier - Stade Toulousain bat CB Bourgoin Jallieu 26 à 17 (mi-temps : 9-7)

Temps chaud; 25.000 spectateurs environ; arbitrage de M. Gillet
Pour le Stade Toulousain : 2 essais de Bondouy (74) et pénalité (82); 2 transformations et 4 pénalités (20, 26, 40, 42) de Marfaing.
Pour Bourgoin : 2 essais de Leflamand (10) et Glas (76); 2 transformations de McKenzie et 1 pénalité de Péclier (59).
Stade Toulousain : Garbajosa; Bondouy, Desbrosse, Ntamack, Marfaing; (o) Stensness, (m) Fillol; Labit, Dispagne, Lacroix (puis Lièvremont, 63); Belot (cap, puis Miorin, 63), Pelous; Tournaire (puis Jordana, 75), Bru, Califano.
Bourgoin : Péclier (puis Boyet, 69); Leflamand, McLaren (puis Péclier, 69), Glas, Giolitti (puis Tuni, 64); (o) McKenzie, (m) Balue; Frier, Raschi, Chazalet (cap); Daudet (puis Cécillon, 58), Nallet; Magellan (puis Vessilier, 57), Martin-Culet (puis Tordo, 77), Milloud (puis Peyron, 72).